vendredi 6 décembre 2019

Et ton roman, il en est où ?

En 2014, je me fendais d'un billet pour mettre par écrit les raisons qui faisaient que je n'écrirai pas de roman. Cinq ans ont passé et il suffit que je fasse un tour dans une librairie ou que j'aille quelques jours dans un festival pour que l'envie me reprenne, l'envie basique, toute simple, de voir mon nom dans les piles étalées devant moi, d'imaginer un lecteur curieux qui découvre l'une de mes histoires.
Le festival se déroule. Le soir, avant de m'endormir dans ma chambre d'hôtel, je me dis que je suis bien bête, que, si j'écris 2.000 signes, mettons, tous les soirs, j'en ai 200.000 au bout de 100 jours, moins de 4 mois, que... L'idée s'installe et se renforce et puis je rentre chez moi et il ne faut que quelques jours pour que la Réalité reprenne le dessus. Un roman ? Lequel ? Depuis quand as-tu envie d'écrire un roman, toi ?
Allez, tu pourrais bien écrire UN roman, c'est pas méchant, ne serait-ce que pour l'exercice.
Et ensuite ? Une fois que mon nom serait arrivé là, sur la pile, dans la librairie, il faudrait en faire un 2e pour revenir sur la pile et...
Ce qui est ennuyeux, en final, ce n'est pas que cette pensée soit récurrente sans que je puisse la maîtriser car, de la même façon, parfois, je me dis que j'aimerais bien avoir une voiture ou un sèche-linge ou un petit ami ou... Ce qui est ennuyeux, c'est que, les jours où cette pensée me taraude, j'en oublie de laisser vagabonder mon esprit à la rencontre d'histoires que, elles, je veux vraiment écrire.
L'idée de devoir écrire un roman est une prison qui tue l'inspiration.
Alors, pour une fois, je ne sais pas bien si l'idée de ce billet est de partager avec vous une pensée que j'avais ou si je ne le pose pas plutôt là pour mon moi du futur, en guise de rappel salutaire.
A dans cinq ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je n'ai pas de héros

Le héros est le personnage principal d'une oeuvre. Hier, j'ai fini de regarder Radiant Office , un drama coréen. Par habitude, j&#...