lundi 16 mai 2016

Conclure

Les quelques mots/les premières images qui commencent une histoire sont importants : le lecteur/spectateur doit être happé, conquis, pour ne pas détourner l'attention.
La fin est... fondamentale ? Elle laisse le goût en bouche quand nos souvenirs réévoqueront la fiction, l'impression laissée, les sentiments...
Dans une histoire policière, le coupable est démasqué, confondu, puni ou attrapé. Dans une quête épique, l'anneau de Sauron est définitivement détruit !

J'ai un plaisir coupable : je regarde des films sentimentaux quand aucun membre de ma famille ne peut me surprendre... J'en regarde et, parfois même, j'écris des histoires d'amour !
(Et j'ai regardé plus d'une fois la version BBC d'Emma avec Jonny Lee Miller...)
Quelque peut être la fin d'une telle histoire puisque, par définition, quand le mot "fin" s'écrit sur une relation amoureuse, ça n'est pas la fin de la rencontre, de la mise en place, mais la fin de ce qui réjouissait le spectateur, ce qu'on ne veut pas connaître.
Contrairement à une enquête policière, à une quête, à une mission d''exploration réussie... une histoire d'amour ne raconte pas une aventure avec un début et une fin, avec une réussite, une capture, un accomplissement, mais une tranche de vie : deux personnes voient leurs relations changer.
Deux amis s'aperçoivent qu'ils s'aiment "autrement", deux inconnus se croisent et éprouvent l'envie de se connaître, deux ennemis ne s'en veulent plus...

Sur certains de mes textes, on m'a reproché des fins ouvertes : non seulement j'aime les fins ouvertes car elles sont les plus... réalistes ? évidentes ? car mes personnages ne meurent pas quand vous avez terminé de lire ! mais une bonne histoire d'amour peut-elle se terminer autrement que devant un nouveau chapitre que les amants écriront dans l'intimité ?
Quand j'étais plus petite, parce que j'avais été "nourrie" de cette façon, bien évidemment, j'aurais affirmé que l'histoire d'amour se concluait sur la demande en mariage, sur un "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", mais... qui y adhère encore aujourd'hui ? Ont-ils su garder la passion dans leur mariage ? Et, d'ailleurs, pourquoi se marieraient-ils ? Voulaient-ils tous les deux des enfants ou n'en avaient-ils pas déjà de précédentes unions ou... ?

Ces jours-ci, j'ai vu Un jour (de Lone Scherfig) et Before We Go (de Chris Evans).
A ceux qui détestent les spoilers, attention : comme je parle dans ce billet de fins, je vais spoiler tout mon saoul ces deux films puisque tel est mon propos.

Tout d'abord... les deux mécanismes m'ont intéressée.


Un jour est adapté du roman de David Nicholls.
Emma et Dexter se rencontrent un 15 juillet, lors de la soirée de fin d'études. Ils deviennent amis et l'histoire est racontée de 15 juillet en 15 juillet : rencontres, coups de fil ou lettres, à nous de reconstituer les années jusqu'à ce que l'évidence s'impose enfin. Ils s'aiment. Bon, ils s'aimaient déjà puisqu'ils étaient meilleurs amis, mais ils s'aiment désormais à vouloir tenter la vie d'un couple !
Bref, l'histoire devrait alors s'arrêter pour nous : ils auront des hauts et des bas, des disputes et des trahisons, mais... voulait-on vraiment savoir les difficultés rencontrées par la Princesse Leia et Han Solo ? L'auteur voulait-il se la jouer dans l'originalité forcée ? J'aimais bien sa construction d'année en année, j'avais adhéré.
La fin est grotesque : Emma découvre déjà qu'elle ne peut pas avoir d'enfants (pourquoi ? quel rapport avec leurs difficultés à se trouver ?) puis meurt... écrasée par un camion. Brutal, incompréhensible.
Et encore une année pour nous dire que Dexter s'en remettra.
Pourquoi cette plaisante narration ? Pourquoi cette amitié joliment décrite ? Pourquoi tout ce taf pour gâcher l'histoire avec une fin inappropriée ?
Par curiosité, j'ai commencé à lire le livre, mais j'ignore si j'irai jusqu'au bout...


Si Before We Go semble d'une construction plus banale (deux inconnus se croisent), il m'a beaucoup plu... et pas seulement à cause du séduisant Chris Evans (oui, oui, Captain America !) qui joue le personnage principal.
Nick, musicien, est arrivé à New York pour passer une audition le lendemain, mais, le soir même, il est invité à une fête où devrait se rendre son ex, qu'il n'a pas revue depuis six ans et dont il est toujours amoureux. Effrayé à l'idée de la croiser, de ce qu'il lui dira, qu'elle vient à cette soirée accompagnée, il reste dans la gare et joue, récoltant quelques billets.
Brooke vient de se faire voler son sac à main, son téléphone portable tombe et se casse (ouais, ça n'arrive plus de nos jours) et il ne lui reste plus que son billet de train pour rentrer à la maison, mais elle rate le dernier train, forcément.
La gare va fermer pour les quelques heures de la nuit où les trains ne circulent plus et, quoique Brooke se montre forcément suspicieuse, Nick n'a pas le coeur à la laisser seule pour la nuit, dans l'immense cité.
Au fur et à mesure que le temps passe, chacun découvre la vie de l'autre et, surtout, apprend qu'il n'y a pas un seul grand amour, que la vie réserve d'autres rencontres, d'autres moments...
La fin est ouverte : Brooke rentre chez elle, Nick ira à son audition.
Se reverront-ils ? Nous n'en savons rien et l'histoire se conclut comme elle le doit : tout est possible et, en même temps, pendant qu'ils s'embrassent pour se dire "au revoir" ou "adieu", à ce moment précis, ils s'aiment et c'est ce qui constitue l'histoire.

Bref... je vais continuer à m'interroger sur les bonnes fins et sur les histoires d'amour, mais cela fait un petit moment que la fin ouverte me semble quand même l'idéal pour conclure une rencontre/un changement/un bouleversement dans la vie de deux personnages ;)
Après tout, les histoires d'amour ne durent pas, mais tiennent dans ces baisers amenés avec talent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je n'ai pas de héros

Le héros est le personnage principal d'une oeuvre. Hier, j'ai fini de regarder Radiant Office , un drama coréen. Par habitude, j&#...