mercredi 18 novembre 2015

Des réseaux sociaux

Un outil n'est par essence ni bon ni mauvais, c'est simplement un outil.
Evidence que l'on oublie parfois, le regard rivé sur le support...

Vous souvenez-vous de cette époque où nous ne disposions que de la lettre postale et du téléphone (sans répondeur, sans le nom de l'appelant qui s'affiche, sans...) ?
Nous ne souhaitons jamais perdre le contact avec les gens auxquels nous tenons, mais ça se fait tout seul :
Tiens, cela fait n semaines que je n'ai pas eu de nouvelles d'Untel. Un coup d'oeil à l'horloge : il est 22:00, beaucoup trop tard pour l'appeler. Demain ? Mais, demain, la pensée reviendra à la même heure...
Le mél : facile, gratuit, pour prendre des nouvelles à une heure indue.
Et désormais les réseaux sociaux pour s'assurer que ceux qui n'ont pas eu le temps de se manifester sont bien au courant que et que...

Mais c'est une illusion : toutes les news se mélangent et, non, Untel n'aura pas vu que et Machin ne saura pas que.
Parce que nous ne sommes pas des machines, parce que nous n'arrivons pas à traiter autant d'infos, que nous avons déjà parfois du mal à nous souvenir de ce qui nous a été dit à nous, en particulier.

Si, professionnellement, la nécessité du réseau social ne laisse aucun doute et se traduit dans les stats des sites web, dans les commandes reçues par les uns et les autres, les prises de contact,
au niveau personnel, le bilan devient mitigé, voire amer.

Infos qui défilent et humeurs qui nous submergent,
empathie pour ceux qui sont tristes,
jalousie pour ceux qui semblent tellement plus heureux,
photos qui se percutent et, au milieu,
les exploits d'un enfant qui nous parait bien laid (mais peut-on avouer ce genre de choses ?)
ou le selfie d'un couple tout sourire, visiblement in love, alors que nous savons qu'il n'y a plus d'amour entre les deux êtres qui se collent, retenus l'un à l'autre par l'habitude, la peur du changement ou de la solitude,
chagrins qui nous paraissent futiles,
colères qui nous laissent de marbre...

Nous glissons dans l'intimité de l'autre, en percevons des fragments déformés, nous montrons...
Nous entendons-nous encore ?

Un outil n'est ni bon ni mauvais, mais qu'en faisons-nous ?
Il est si doux, certains soirs, de ne pas être seuls, de partager avec ceux qui sont loin comme si nous nous étions retrouvés au café d'en bas, mais passerions-nous toutes nos soirées au café d'en bas ?

Persuadée de l'utilité des réseaux sociaux sur lesquels j'assure une veille professionnelle nécessaire, leur brouhaha me laisse un sentiment étrange
et je n'arrive plus à y partager les bêtises avec lesquelles j'espérais faire sourire et que j'ai vu prises au sérieux,
je n'arrive plus à y parler puisque je ne sais qui m'entend,
je n'arrive plus à y voir les visages de ceux qui m'auraient rejoint au café d'en bas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je n'ai pas de héros

Le héros est le personnage principal d'une oeuvre. Hier, j'ai fini de regarder Radiant Office , un drama coréen. Par habitude, j&#...